Suivre ses coûts de transport, bénéfices d’un suivi informatisé – Témoignage société SILL

Dans l’industrie agroalimentaire, les coûts de transport représentent entre le tiers et la moitié des coûts logistiques totaux, ou encore de 3 à 7,5 % du CA. Même « dans un contexte très favorable (la région brestoise recèle une offre large de petits transporteurs), les coûts du transport représentent des budgets assez conséquents”, nous confie Serge Lemoigne, responsable logistique de la SILL à Plouvien (29).

sill-ciel

serge-lemoigneSerge Lemoigne
responsable logistique de la SILL

“Avec 19 000 commandes traitées en 2013 (et près de 150 000 palettes), le suivi et le contrôle de ces coûts sont grandement facilités par l’usage de l’informatique. Ainsi, il y a une dizaine d’années, lorsque ce suivi était encore réalisé en reprenant les grilles tarifaires de chaque prestataire, près d’une semaine de travail était nécessaire, chaque mois, à produire les éléments de contrôle. »

Aujourd’hui, la pré-facturation est assurée à partir du logiciel VIF5 ERP. Il intègre nativement un module dédié qui s’appuie sur une description paramétrable des offres transporteur, incluant l’ensemble des composantes du coût : grille quantitative, surcharge gasoil, frais de prise en charge … Chaque grille décline un prix unitaire ou un forfait en fonction du trajet, et de la tranche de poids ou du nombre de palettes. Ce module gère le nombre d’emplacements sol, ce qui permet de “coller” aux contrats passés avec les transporteurs (l’étiquetage SSCC des palettes expédiées assurant par ailleurs leur traçabilité).

Les spécificités du matériel roulant, qu’elles soient liées au travail en température dirigée, ou au mode de conditionnement, sont intégrées et peuvent être personnalisées : surgelés, frais, citerne alimentaire, … “En froid positif, le coût unitaire est environ 4 fois plus important qu’en ambiant”, ce distinguo est indispensable pour la fiabilité des résultats. Il est aussi possible d’affecter l’approche (ou traction), et la tournée de distribution à des transporteurs distincts, ou encore de gérer plusieurs sites d’expédition (par exemple dans le cas de stocks déportés).

Ces possibilités de modélisation pointues apportent aux résultats produits un degré de précision élevé, qui permet à la SILL de travailler en pré-facturation ; “nous produisons pour chaque transporteur nos éléments de calcul du coût de transport et les lui transmettons afin qu’il en réalise lui-même le contrôle. Avec aujourd’hui 10 transporteurs et 3 transitaires, ce travail représente une journée homme par mois, soit 5 fois moins qu’auparavant.”

Disponibles dès l’expédition de la marchandise, ces éléments de calcul sont  mémorisés dans le logiciel erp, VIF5 ERP, sous forme de “provision de transport”, et peuvent être manipulés dans le module statistique au même titre que n’importe quelle composante de la marge. Il en résulte une capacité de restitution statistique très fine qui permet par exemple de produire un CA net de transport, ou une marge nette de transport, … alors même que la facture du transporteur n’a pas encore été émise.

S’appuyant sur les mêmes paramétrages, une fonction de simulation permet de déterminer, selon différentes modalités, quelle est l’offre de transport la plus compétitive. Ainsi, en cas de défaillance d’un transporteur, il est possible de visualiser très rapidement l’effet économique de la réaffectation de ses tournées sur tel ou tel autre prestataire.

Au-delà du gain de temps, ce module apporte davantage de visibilité et de réactivité dans le suivi des coûts de transport.

Benoît Audureau

Consultant Gestion Commerciale / Logistique