Tendances alimentaires : quelles seront les pratiques de demain ?

Pascale HEBEL, Directrice du pôle Consommation et Entreprise du CREDOC, a présenté une synthèse d’une vaste étude menée par le CREDOC qui confronte sur 30 années d’historique les comportements et les opinions des Français en matière alimentaire.

Lors de cette présentation extrêmement riche, les participants ont pu noter que le niveau de crainte des consommateurs reste à son niveau le plus élevé. Dans ce contexte, les consommateurs cherchent des facteurs de rassurance autour de l’alimentation durable.

En 2016, les plus fortes préoccupations concernent l’alimentation durable avec au premier chef la santé : demande de produits naturels et pas artificiels. Dans ce courant de naturalité et de limitation de certains aliments, les flexitariens, définis comme ceux ayant diminué en 2015 leur consommation de viande, sont 23%.

Les préoccupations environnementales sont au cœur des réponses des Français et se traduisent par un intérêt à la fabrication nationale ou régionale. Pour la première fois, le critère «fabriqué en France» est le premier critère de choix de produit cité devant le prix ou les garanties d’hygiène ou de sécurité.

Après une phase de recherche de gain de temps, de refus des corvées ou de rejet des contraintes par les consommateurs s’exprimant par une forte baisse des temps de préparation des repas, les temps de préparation se stabilisent voire augmentent depuis 2010. Les Français continuent de manifester leur intérêt pour la cuisine.

Joëlle de Kerdanet

Responsable Marketing et Communication chez VIF