Prévoir et planifier dans une PME agro de 40 personnes

Dans un contexte de croissance accélérée et pour faire face aux impacts d’un nouveau référencement en GMS, les dirigeants de la société TERRE ET SOLEIL ont décidé de mettre la prévision des ventes et la planification au coeur de leur performance industrielle et commerciale. Gildas MARTIN, Responsable Supply Chain et méthodes chez TERRE ET SOLEIL nous a partagé son expérience à l’occasion des 10ème journées d’Agrovif.

QUELLES DIFFICULTÉS AVEZ-VOUS RENCONTRÉES LORS DE VOTRE ARRIVÉE DANS L’ENTREPRISE EN 2016 ?

Les difficultés étaient assez nombreuses, il n’existait pas de service supply, nous n’avions pas de système de prévision pour savoir ce que nous allions produire demain, en évitant les ruptures clients et en étant proches de nos équipes.

QUELS OUTILS UTILISIEZ-VOUS POUR TRAVAILLER LA PRÉVISION DES VENTES OU LA PLANIFICATION ?

Les outils étaient succincts, on travaillait sur papier donc on ne faisait pas de prévision, on attendait les commandes pour produire. Un modèle simple mais qui n’était pas viable dans le temps.

QUELLE VISIBILITÉ AVIEZ-VOUS ?

Nous avions une visibilité à J+1 avec des produits qui ont une durée de vie de 450 jours. Ce manque de visibilité engendrait beaucoup de déstabilisation dans les ateliers avec un recours à l’intérim trop important qui n’améliorait pas l’organisation; au contraire, les indicateurs de performance étaient faibles par rapport à ce que l’on pouvait atteindre.

QUELS CHANGEMENTS ONT MODIFIÉ VOTRE ORGANISATION À L’ÉPOQUE ?

Au départ, on avait un réseau structuré, beaucoup de livraisons en direct dans les magasins, dans les grandes surfaces. Mais l’intégration d’un nouveau canal de distribution sur le marché national en MDD nous a amené à réfléchir sur notre mode de pilotage. On se devait d’intégrer de l’EDI et de la prévision des ventes sur des promotions nationales. Dans ce nouveau contexte, le J+1 était compliqué. Même si nous sommes 30 dans l’entreprise et qu’elle fait 3 millions et demi de chiffre d’affaires, la supply a tout son sens. Même lorsqu’on livre le petit magasin du coin on se doit de pouvoir anticiper, organiser, et mieux gérer notre prévision, notre planification et surtout nos approvisionnements en matières premières.

COMMENT IMAGINIEZ-VOUS INFORMATISER VOTRE PROCESSUS DE PRÉVISION ET DE PLANIFICATION ?

L’ERP VIF était déjà présent dans l’entreprise avant que je l’intègre, je savais que VIF était capable de nous donner toutes les solutions, par contre je ne savais pas qu’il les avait pour des petites entreprises ayant un budget restreint.

EN COMBIEN DE TEMPS AVEZ-VOUS RÉUSSI À DÉPLOYER CES DEUX SOLUTIONS ?

J’ai intégré l’entreprise en Mars 2016. Nous avons commencé le déploiement de la prévision des ventes en septembre 2016 dans l’objectif d’avoir des prévisions modélisées avec un travail sur nos historiques propre. En janvier 2017, nous avons déployé toute la partie PDP et CBN. Il nous a fallu 4 mois pour réaliser ce projet. En avril 2017 nous étions sur le terrain avec des outils VIF.

EST-CE QUE VOUS OBSERVEZ DÉJÀ DES GAINS ET DES BÉNÉFICES SUR LE TERRAIN ?

Nous avons moins recours à l’intérim parce que nous anticipons beaucoup plus les pics de promotion et les pics d’activité. Le bien-être au travail de nos collaborateurs s’est ainsi amélioré grâce à la visibilité que nous avons sur nos prévisions. Aujourd’hui, la supply chez TERRE ET SOLEIL fait partie prenante de l’entreprise. Elle est au coeur de notre système.

QUELS SONT LES 3 CLÉS DE LA RÉUSSITE D’UN PROJET SUPPLY CHAIN POUR UNE PME AGRO ?

Une bonne analyse des besoins, une direction sponsor du projet et surtout être convaincu des apports de la supply.

Retrouvez ci-dessous l’interview de Gildas MARTIN : 

Partie 1 : Le contexte

Partie 2 : Lancement du projet

Romane Jouy

Chargée de communication