ARTESIAL et AUBRET SAS : Faut-il faire du lean dans toutes les IAA ?

 Johann FOUBERT, consultant lean chez ARTESIAL et Ted MABIALA, ingénieur performance industrielle dans la société AUBRET SAS ont animé le point de rencontre “Faut-il faire du Lean dans toutes les IAA ?” lors de la 10 ème édition d’Agrovif. Sur le plateau d’AGROVIF WEB TV, Olivier Guillot, Responsable Grands Comptes chez VIF les a interviewés sur  le sujet :

LE LEAN EST UN OUTIL ISSUS DU SECTEUR AUTOMOBILE MAIS EST-CE UN OUTIL ADAPTÉ POUR TOUTES LES IAA ?

Johann FOUBERT :
L’industrie agroalimentaire est extrêmement vaste j’ai relevé beaucoup plus de similitudes entre une ligne d’abattage de bovin et une ligne de fabrication automobile qu’entre une ligne d’embouteillage et un atelier de plats cuisinés; et donc certifier que le lean est que pour l’industrie automobile, ce serait à mon avis méconnaître la diversité de l’industrie agroalimentaire. C’est en fonction des structurants que nous allons utiliser le lean : est-ce que j’ai de l’industrie de process ? est-ce que j’ai de l’industrie d’assemblage ? est-ce que je suis sur du temps de cycle court ou long ? nous utiliserons des comportements différents du système lean suivant l’environnement industriel.

Ted MABIALA :
Je pense que l’on ne peut pas appliquer tous les outils du lean à l’agroalimentaire. Il est important de les sélectionner et les adapter en fonction de ses besoins et selon les structurants de la société. Nous utilisons dans nos groupes de travail des méthodes en lien avec le terrain. Il faut choisir le bon outil au bon moment, l’outil adapté.

EST-CE QUE VOUS POUVEZ NOUS DONNER QUELQUES EXEMPLES PRÉCIS D’UTILISATION DU LEAN DANS L’AGROALIMENTAIRE ?

Johann FOUBERT :
Par exemple, sur des ateliers de frais lorsque nous avons des commandes qui tombent à 9h00 avec des premiers départs camion à 10h-10h30, nous ne disposons pas du temps matériel de fabriquer ce qu’il faut en 1h00. Le lean permet de répondre à ce type de difficultés,  nous allons utiliser des outils permettant de réduire la variabilité, d’entrer le plus possible en régime permanent, de manière à optimiser certaines parties de la journée de production et garder la spécificité de cette industrie du frais.

LE LEAN ENGAGE DU STRESS SUR LA PRODUCTIVITÉ AU TRAVAIL, PARTAGEZ-VOUS CETTE AFFIRMATION ?

Johann FOUBERT :
Je crois clairement qu’il ne faut pas se voiler la face dans les méthodes d’amélioration de la performance. On peut se retrouver confronté à des situations où dévoyer les méthodes aboutit à une  augmentation des TMS, à une santé au travail dégradée si on considère le lean comme un mauvais Fordisme, un mauvais Taylorisme. ARTESIAL a créé un cercle d’observation sur la performance et la santé au travail. Ce cercle associe des universitaires, des spécialistes et des industriels qui partagent avec nous leurs méthodes d’amélioration de la performance et qui mesurent avec nous la santé au travail et l’influence qu’ont ces méthodes sur la santé au travail de manière à dégager ce qui est bénéfique et ce qui est délétère. Dans les méthodes d’amélioration pour la santé des salariés on a retenu essentiellement trois points importants qui permettent d’éviter de la déviance :
-une régulation managériale efficace,
-de la communication afin de parler des méthodes d’amélioration et de ce qu’on est en train de vivre,
-une approche spécifique de pilotage de la performance sous l’angle santé et sécurité.

Ted MABIALA :
On parle de dérive lorsque l’on est uniquement axé sur la productivité et que l’on délaisse les aspects humains. Chez AUBRET, nous mettons l’humain au coeur de nos problématiques, de nos réflexions donc tout ce qui est santé, sécurité et conditions de travail est une partie prenante de notre démarche pour éviter justement les dérives qu’il peut y avoir lorsqu’on augmente la production, la productivité. On évite de tirer au-delà des capacités de production des employés.  L’origine du lean c’est valoriser l’humain dans l’entreprise, les compétences et faire preuve d’écoute auprès des différents collaborateurs.

Retrouvez ci-dessous l’interview de Ted MABIALA et Johann FOUBERT : 

Partie 1 : Le lean et les IAA

Partie 2 : Le lean engage du stress sur la productivité au travail ?

Romane Jouy

Romane Jouy

Chargée de communication